Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
ASSISTANTS VOCAUXplay ECOUTERfrance TRAFICpodcast PODCASTSmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Vie Pratique | Play Replay | La réforme de l’audiovisuel public
Play Replay

La réforme de l’audiovisuel public

date 16/08/2019 - 15:59 | micro_reportage Sébastien Dath
Cette semaine, Thierry Moreau vous dévoile les principaux changements à venir pour les radios et télévisions publiques.
facebooktwitter
illustration de La réforme de l’audiovisuel public
 La réforme de l’audiovisuel public
 La réforme de l’audiovisuel public
play
0:00
0:00
volume-high 
Alors que la fin des vacances approche, notre spécialiste des médias a déjà les yeux rivés sur la rentrée et même un peu plus loin, puisqu’il nous livre les grandes lignes de la réforme de l’audiovisuel public qui devrait être présentée d’ici la fin du mois d’octobre par la Ministre de la Culture.

Tout d’abord concernant France Télévisions et les radios de service public, il y a la volonté de tout rassembler au sein d’un seul ensemble. Pour ce faire, plusieurs hypothèses, soit une superstructure qui chapeaute le tout, soit une fusion des entités en une seule. L’autre question qui se pose, c’est de savoir qui dirigera ce nouvel ensemble, Delphine Ernotte la présidente de France Télévisions, Sibyle Veil la PDG de Radio France, ou quelqu’un d’autre ?

Au passage, il y aura sûrement des rapprochements entre télés et radios pour certaines émissions à l’instar de France Info, ainsi que des suppressions de chaînes. France 4 pourrait et France Ô devrait ainsi disparaître même si les tout derniers arbitrages n’ont pas été rendus.

Enfin, cette réforme concernera également le « gendarme de l’audiovisuel ». Pour que le CSA gagne en réactivité et s’étende au monde d’internet, il pourrait fusionner ou rassembler les nombreuses autres institutions existantes : l’ARCEP qui s’occupe des télécommunications, HADOPI qui gère les droits sur internet et la CNIL qui veille à l’informatique et aux libertés.
A voir aussi
play3 Sur Twitter
play3 Sur Instagram
play3 Retrouvez Thierry Moreau tous les matins sur LCI
 
Les plus consultés