Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
ASSISTANTS VOCAUXplay ECOUTERfrance TRAFICpodcast PODCASTSmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Invités | Sur la Route Avec | Elie Semoun : et de 3 pour Ducobu !
Sur la Route Avec

Elie Semoun : et de 3 pour Ducobu !

date 09/03/2020 - 16:01 | micro_reportage Chrystèle Mollon
Elie Semoun est de retour au cinéma dans le 3ème volet de l’adaptation de la BD « L’élève Ducobu ». Le comédien se retrouve devant et derrière la caméra, mais aussi au micro de Chrystèle Mollon.
illustration de Elie Semoun : et de 3 pour Ducobu !
Photo Marc Bossaert 
 Elie Semoun : et de 3 pour Ducobu !
 Elie Semoun : et de 3 pour Ducobu !
play
0:00
0:00
volume-high 
« Ce que j’aime par-dessus tout en Tesla, c’est passer devant les stations essences »

Dans Ducobu 3, Elie incarne à nouveau Gustave Latouche et cette fois, Ducobu et de TGV vont devoir s’allier pour sauver leur école : « Au début, ils sont ennemis, mais ils vont s’allier contre Willie, le beau gosse du collège, dont toutes les filles sont amoureuses et dont ils sont forcément jaloux. »

Et pour ce troisième opus, Elie Semoun se retrouve donc des deux côtés de la caméra : « Je crois que j’ai fait un film familial, on a déjà fait des avant-premières un peu partout et ça plait beaucoup, et aussi aux adultes. J’ai essayé de faire une double lecture dans ce film, avec des références cinématographiques, des hommages à Stanley Kubrick, Alfred Hitchcock et un petit clin d’œil à François Truffaut, qui est un de mes réalisateurs favoris. »

Dans le film, le papa de Ducobu roule dans une vieille R5, alors que son rival Willie est à bord d’une belle décapotable. Alors Elie Semoun, R5 ou décapotable ?
« Moi j’ai eu plein de voitures, ma première voiture était une Simca 1100, puis une Dauphine, Renault 10, une anglaise, une Morris 1800, j’ai eu des Polo, des Jaguar, et maintenant je roule en Tesla. »

D’ailleurs le passage à l’électrique ne présente que des avantages pour Elie Semoun : « C’est génial j’adore cette bagnole. C’est une autre façon de conduire, et ce que j’aime par dessus tout, c’est passer devant les stations essences. »

« Il a tout ce que j’aime ce personnage. Il est lâche, hystérique, colérique »

Elie Semoun incarne une nouvelle fois Gustave Latouche, un rôle taillé pour lui : « Il a tout ce que j’aime ce personnage. Il est lâche, hystérique, colérique, il est complètement castré par sa mère … comme j’ai co-écrit le scénario, j’ai creusé dans sa psychologie, j’interprète sa mère et un ennemi de Latouche (…). C’est un rôle à la Louis de Funès, en toute modestie. »

C’est une toute première expérience comme réalisateur pour Elie : « Bizarrement je n’ai pas trouvé ça stressant, je me suis éclaté parce que j’avais bien travaillé avant, écrit le scénario, et parce que je savais exactement ce que je voulais. »

Quant aux trois rôles, scénariste, réalisateur et comédien, Elie Semoun les a gérés sans difficulté : « j’ai l’habitude de la schizophrénie, j’ai fait tellement de personnages. »

Côté casting, on découvre dans ce nouvel opus un nouveau Ducobu, incarné par Mathys Gros : « Mathys, il est super. Au casting, je me suis dit : physiquement c’est exactement ce que je veux, j’espère qu’il joue bien. Et il jouait bien. Leeloo, qui joue Léonie Gratin, est vraiment une mini-actrice, c’est une Rolls cette petite. »

Quant à l’univers de l’école dépeint dans Ducobu, ce sont de bons souvenirs pour Elie : « j’ai adoré l’école, c’est là où il y avait des filles, c’est là où il y avait un public parce que je faisais le con tout le temps. La mixité, le mélange c’est ça que j’aimais dans l’école. »

« Je ne vais pas faire Kevina toute ma vie »

Dans l’éventualité d’un Ducobu 4, Elie Semoun est d’ores et déjà partant pour rempiler en tant que scénariste, réalisateur et acteur : « j’ai adoré cette expérience, vraiment. »

Autre expérience enrichissante pour le comédien, le doublage : « J’adore changer de voix, d’ailleurs dans mes spectacles, j’ai 13 personnages et à chaque fois les voix sont différentes. »

« Elie Semoun et ses monstres » est le 7ème spectacle d’Elie, actuellement en tournée dans toute la France avant une escale à Paris en juin. Le comédien abandonne ses personnages fétiches et y aborde des sujets plus graves : « je ne vais pas faire Kevina toute ma vie, ou Toufik ou Micheline. J’aborde le djihadisme, le handicap, la mort. Mes thèmes sont noirs, le spectacle est un peu trash, mais il faut ça, notamment pour se différencier. Je dérange mais j’adore ça. »

Elie Semoun est également présent sur Instagram, et y aborde notamment le début d’Alzeihmer de son père : « c’est important de libérer la parole, de parler de ça. La vidéo de mon père a fait 56000 vues, c’est beaucoup plus que la bande-annonce de Ducobu, ça touche les gens, tout le monde est concerné. »

Voir la Bande-Annonce

 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2020
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales