Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

Radio VINCI Autoroutes
social   facebook   twitter   instagram   youtube2
recherche_mini
replay REPLAY
play3 Actualité
play3 Les émissions
play3 Route et Mobilité
play3 Tourisme
play3 Invités
play3 Culture
play3 Vie Pratique
play3 Musique
podcasts PODCASTS
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
vinci_autoroutes 
écouter 
Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
REPLAYPODCASTSTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Culture | Marque-Page | "La douceur de nos champs de bataille" de Yiyun Li

« La douceur de nos champs de bataille » de Yiyun Li

date 03/10/2019 - 02:24 | micro_reportage Francine Thomas
La romancière sino-américaine a écrit son nouveau livre après le suicide de son propre fils. Cet exercice de consolation est poignant.
illustration de
 "La douceur de nos champs de batai…
 "La douceur de nos champs de bataille" de Yiyun Li
play
0:00
0:00
volume-high 
Il est des livres dans lesquels mieux vaut ne pas entrer par effraction. Prenons donc le soin d’avertir le lecteur : on ne sort pas indemne de La Douceur de Nos Champs de Bataille.

Yiyun Li, romancière dont le travail a été distingué par de prestigieux prix aux États-Unis, s’est lancée dans l’écriture de cet ouvrage après le suicide de son fils : « Ce livre a été pour moi une source de consolation, nous confie-t-elle dans Marque-pages. Je devais trouver un moyen de comprendre le deuil, la douleur et trouver une façon de vivre avec cette douleur. »

La Douceur de Nos Champs de Bataille est une conversation entre une mère et son fils disparu. Ils abordent de nombreux thèmes, mais jamais la narratrice ne demande d’explications à son enfant. Comme si comprendre son geste était inutile. Ou impossible. « Dans le livre, la mère aime tellement son fils qu’il n’est pas question de savoir si ce qu’il a fait est bien ou mal. À mon avis, elle met un point d’honneur à ne pas lui demander pourquoi il s’est donné la mort, parce que dans ce genre de situations, le pourquoi n’aide absolument pas. La question est plutôt comment peut-on vivre alors que la vie devient insupportable. »

Et le romancière trouve une façon de survivre en prolongeant les joutes qu’elles avaient avec son fils, débats passionnants autour du langage ou de l’usage des mots. Comme si la littérature avait le pouvoir de prolonger ce que la mort a interrompu.
A voir aussi
play3 Le site de l'éditeur
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2023
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales