Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
ASSISTANTS VOCAUXplay ECOUTERfrance TRAFICpodcast PODCASTSmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Invités | Sur la Route Avec | Sarah Suco et Camille Cottin, bouleversantes
Sur la Route Avec

Sarah Suco et Camille Cottin, bouleversantes

date 21/11/2019 - 02:20 | micro_reportage Francine Thomas
Pour le premier film qu’elle réalise, « Les Éblouis », Sarah Suco a choisi son amie Camille Cottin pour incarner une mère de famille qui rejoint une communauté sectaire.
facebooktwitter
illustration de Sarah Suco et Camille Cottin, bouleversantes
© Camille McOuat 

« Je voulais faire un film de combat »

Autant prévenir les futurs spectateurs, on ne ressort pas indemne de la projection des Éblouis. Sarah Suco y raconte le parcours d’une famille qui entre dans une communauté religieuse aux dérives sectaires. C’est un sujet que connait bien la réalisatrice puisqu’elle a elle-même grandi dans une secte : « Il y a 90 000 enfants victimes de dérives sectaires en France, dans les communautés charismatiques, chez les Témoins de Jéhovah, dans la Scientologie. Ce sont des églises qui ont pignon sur rue. Donc moi j’ai voulu faire un film de combat (…), contre toutes ces associations et contre l’état qui autorise des endroits où potentiellement des enfants vont être maltraités ».
Camille Cottin incarne à l’écran une mère de quatre enfants, fatiguée, qui trouve réconfort auprès de cette communauté, sans voir le danger qui guette sa famille. Ce fut un rôle difficile pour la comédienne. « En lisant le scénario, j’ai dit je ne peux pas jouer ce personnage, nous a t-elle confié, je ne comprends pas cette femme, je la déteste. Et quand Sarah me disait que c’était une femme qui nous touchait, je lui répondais que pas du tout. J’avais de l’aversion pour elle (…) et donc nous avons travaillé ensemble ». « Un jour, poursuit Sarah Suco, je lui ai dit que ce qui était beau, c’était ce qui lui échappait. Si on comprenait cette femme, cette histoire n’existerait pas. Les femmes ne rentreraient pas dans des sectes ».
 1ère partie
 1ère partie
play
0:00
0:00
volume-high 

« J’ai envie qu’on fasse ensemble la route 66… la D 66 en Auvergne ! »

La complicité que l’on sent entre la réalisatrice et sa comédienne se confirme lorsque l’on aborde le sujet de la route. Toutes deux adorent passer du temps dans l’habitacle d’une voiture. Et Sarah Suco les imagine d’ailleurs bien partir ensemble et tailler la route. « Moi ce que j’adorerais, ce serait être avec Camille Cottin, les pieds sur le tableau de bord, la musique à fond. J’ai envie d’aller faire la route 66. Mais la D66… c’est en Auvergne. Parce que sinon il faut aller aux États-Unis et moi je suis écolo ! Dans le coffre on met Céleste Brunnquell, Caravaca, Darroussin ( ndlr : le casting du film). Et on prend un camion ! ». Et puis qui prendra le volant ? Camille Cottin préfère conduire plutôt qu’être passagère, même si elle avoue avoir du mal à chasser son naturel rêveur : « On m’a fait remarquer que je conduisais à la vitesse de mes pensées. C’est-à-dire que c’est vraiment en fonction de ce qui me traverse et malheureusement pas du tout en fonction des indications kilométriques ». « Non mais moi je l’ai vue deux fois se garer, et elle conduit bien. Je vous le dis ! Et en plus j’ai tous mes points », plaisante Sarah Suco.
 2ème partie
 2ème partie
play
0:00
0:00
volume-high 

« Je remercie Pierre Palmade »

Travailler ensemble a été une évidence pour Camille Cottin et Sarah Suco. Les deux femmes sont amies de longue date. Elles se sont connues quand elles n’étaient encore que de jeunes comédiennes, aux ateliers de Pierre Palmade. Cette période de leur vie représente de très bons souvenirs pour toutes les deux. « Je suis arrivée chez Pierre Palmade, je ne savais pas trop qui c’était, j’ai grandi dans une secte je le rappelle, ironise Sarah Suco. Et je vois Camille Cottin sur scène et je me dit c’est génial ! ». Elles ont à cette époque joué ensemble dans de nombreux sketchs écrits d’ailleurs par Sarah « Je disais à Pierre Palmade, je ne sais pas écrire se souvient-elle. Et il m’a répondu : écrire, c’est s’y mettre. Je le remercie de m’avoir mis le pied à l’écriture ».
 3ème partie
 3ème partie
play
0:00
0:00
volume-high 

Bande-annonce « Les éblouis »

A voir aussi
play3 La fiche du film
 
Les plus consultés