Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

Radio VINCI Autoroutes
social   facebook   twitter   instagram   youtube2
recherche_mini
replay REPLAY
play3 Les émissions
play3 Route et Mobilité
play3 Tourisme
play3 Invités
play3 Culture
play3 Vie Pratique
play3 Musique
podcasts PODCASTS
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
vinci_autoroutes 
écouter 
Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
REPLAYPODCASTSTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Invités | Sur la Route Avec | Sebastião Salgado

Sebastião Salgado

date 16/05/2022 - 11:31 | micro_reportage Ivan Mouton
« Regarder cette exposition, c'est regarder la planète ». C'est ainsi que le photographe franco-brésilien résume cette exposition hors-norme installée sur le parvis de la Défense à Paris Nanterre dans un pavillon gigantesque construit pour l'occasion...
illustration de Sebastião Salgado
© Renato Amoroso 
 Sebastião Salgado
 Sebastião Salgado
play
0:00
0:00
volume-high 
Cette case en bambous a le format d'une maison indienne : 60 mètres de longueur pour 15 mètres de largeur et 10 mètres de haut. C'est dans cette structure géante que Sebastião Salgado a décidé d'exposer 42 photographies très grand format, prises tout au long d'une carrière centrée autour de l'eau, autour de l'écosystème de l'homme et de l'eau.

« Vous savez, on vit un moment très important pour l'humanité et pour toutes les espèces vivantes. On est en train de perdre l'eau. Ce qui retient l'eau au sol, ce sont les arbres, ce sont les forêts. On est en train de tuer les forêts à un rythme incroyable. »

Il y a quelques mois, sur les réseaux sociaux, on a vu apparaître une double photo, un même paysage pris à 20 ans d'intervalle. Sur le premier cliché, la ferme de l'enfance du photographe au Brésil, entourée d'un désert. Sur l'autre cliché, la même ferme, 20 ans plus tard, noyée dans la forêt. 2 millions et demi d'arbres ont été plantés en 20 ans, un miracle...

« On a pris la décision de ne pas faire une ferme agricole comme toutes les autres. On allait planter la forêt qui était là avant. Et on a commencé à récolter des semences dans la région. On ne plante que des espèces natives, des espèces locales et là, on a commencé à bâtir une forêt et on travaille avec des centaines de fermes, des centaines de paysans. On est en train de construire maintenant les forêts chez les autres. »

Quand on aborde les nombreux voyages dans le monde de l'artiste, il évoque une très belle route dans ses souvenirs, dans les années 70, en Afrique entre Addis-Abeba et l'Erythrée : « En Ethiopie. Des routes très simples, elles n'étaient pas goudronnées du tout. J'avais loué une Beetle, une petite Volkswagen, et je faisais une histoire sur la grande famine qui s'est passée en Éthiopie. J'ai fait un long voyage tout seul dans cette Volkswagen en train de voir un peuple d'une beauté inouïe. »

L'expo s'appelle « Aqua Mater ». Elle est installée sur le parvis de la Défense à Paris Nanterre, jusqu'au 22 septembre 2022.

Et le photographe franco-brésilien sera également présent au Palais des Papes, à Avignon du 27 juin au 30 novembre 2022. Amazônia, c'est le nom de l'exposition. Ses œuvres en noir et blanc seront présentées accompagnées par une bande son de Jean-Michel Jarre.
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2022
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales