Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
ASSISTANTS VOCAUXplay ECOUTERfrance TRAFICpodcast PODCASTSmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Culture | Marque Page | "Jolis jolis monstres" de Julien Dufresne-Lamy
Marque Page

« Jolis jolis monstres » de Julien Dufresne-Lamy

date 25/10/2019 - 03:01 | micro_reportage Francine Thomas
Le jeune écrivain nous emmène en voyage aux États-Unis, à la rencontre des plus grands drag-queens d’hier et d’aujourd’hui.
facebooktwitter
illustration de
© Melania Avanzato 
 "Jolis jolis monstres" de Julien D…
 "Jolis jolis monstres" de Julien Dufresne-Lamy
play
0:00
0:00
volume-high 
Mettre en scène Madonna, Jean-Michel Basquiat et tout le New-York interlope des années 80, quand on est soi-même un jeune auteur français qui n’est pas contemporain de cette période, il fallait oser !
Mais Julien Dufresne-Lamy est suffisamment habité par son sujet pour réussir son pari avec brio. Dans Jolis Jolis Monstres, il nous propose de partir à la rencontre de drags-queens, réels et fictionnels, et nous livre un plaidoyer pour la liberté : « Les drags-queens incarnent le merveilleux, le tout est possible, nous a-t-il confié dans Marque-Page. Elles montrent, au-delà de danser, de monter sur scène, de faire du play-black que tout le monde peut incarner qui il veut, si on se donne les moyens. Chacun peut incarner sa propre création. »

Pour si bien retranscrire cette période-là, Julien Dufesne-Lamy a longuement enquêté. Il a aussi regardé les émission de RuPaul qui sont diffusées depuis une dizaine d’années aux États-Unis et qui rencontrent désormais un immense succès. Toute une partie du livre se déroule d’ailleurs dans les coulisses de ce show télévisé : « RuPaul a démocratisé la draq-queen, et son image, sachant que la plupart de ceux qui regardent l’émission sont des femmes hétérosexuelles qui ne connaissent peut-être quasiment rien du monde de la nuit (…). Il a montré que ce que l’on imaginait comme une lubie étrange de la nuit, de se déguiser en femme, était un art, une performance et de la poésie. »

Au final, ce roman donne furieusement envie de s’envoler pour New-York, de mettre une perruque et des faux-cils, d’enfiler une robe, de chanter Joni Mitchell et de devenir soi-même un joli joli monstre
A voir aussi
play3 Le site de l'éditeur
 
Les plus consultés