Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
podcasts PODCASTSplay ECOUTERfrance TRAFICreplay REPLAYmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Route et Mobilité | Rouler Autrement | Alternatives à la sanction : éduquer au lieu de punir
Rouler Autrement

Alternatives à la sanction : éduquer au lieu de punir

date 24/12/2020 - 02:39 | micro_reportage Benjamin Sirvent
Les forces de l'ordre procèdent régulièrement à des opérations d'alternatives à la sanction : ces initiatives permettent à des automobilistes contrevenants d'échapper à une amende, en acceptant de se plier à une séance de sensibilisation à la sécurité routière. Alcool, téléphone, vitesse, distances sont notamment au menu de ces programmes de prévention.
illustration de Alternatives à la sanction : éduquer au lieu de punir
 Alternatives à la sanction : éduqu…
 Alternatives à la sanction : éduquer au lieu de punir
play
0:00
0:00
volume-high 
Rouler Autrement, c'est prendre conscience que des comportements inappropriés au volant peuvent avoir des conséquences très graves. Pour ne pas l'oublier, des opérations d'alternatives à la sanction sont organisées fréquemment par les services de l'État et la gendarmerie. C'était le cas il y a quelques semaines dans le Vaucluse, sur l'autoroute A7, où une opération de ce type était mise en place, sous la direction du procureur de la République d'Avignon, Philippe Guemas : « La prévention, cela passe à la fois par la pédagogie et la répression. L'opération d'aujourd'hui s'adresse à des gens normalement intelligents et ouverts à la compréhension. Nous avons ciblé volontairement des infractions qui donnent lieu à des contraventions de 4ème classe, passibles de peines d'amendes à hauteur de 750 euros et qui entraînent des retraits jusqu'à 3 points. »

Les personnes interceptées par les forces de l'ordre ont alors deux options : soit payer l'amende directement, soit suivre un parcours de prévention. Que contient ce parcours ? Réponse avec le directeur de cabinet du préfet de Vaucluse, Alex Gadré : « C'est un parcours intégré dans lequel on va avoir une sensibilisation aux réflexes et aux dangers de la conduite avec un téléphone portable : ils vont pouvoir se tester sur un démonstrateur de conduite sur les temps de freinage, sur les réactions ».
Autre chapitre de cette sensibilisation, un atelier consacré à l'alcoolémie : « On va accompagner la personne, la prendre par la main et on va l'amener à s'interroger sur ses réflexes dangereux. »

Un dialogue avec les forces de l'ordre est aussi au programme : « Il y a beaucoup de questions réglementaires qui sont posées », explique le capitaine Jean-Pierre Ayassa, commandant de l'Escadron Départemental de Sécurité Routière. « En école de gendarmerie, on parle de PER : prévention, éduquer et le R de réprimer arrive à la fin. Le travail d'un gendarme c'est donc de prévenir, d'éduquer et d'expliquer, et au bout de réprimer. »
Sensibiliser plutôt que sanctionner, les conducteurs apprécient la démarche et en quelques heures, près de 50 contrevenants ont participé à l'opération.
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2021
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales