Cover Art
Titre de la chanson
Sous-titre ou Artiste
00:00 | 00:00
       
recherche_mini
cone LES TRAVAUX
replay REPLAY
newspaper L'ACTUALITÉ
podcasts PODCASTS
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
 
écouter 
Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
 
             
LES TRAVAUXREPLAYL'ACTUALITÉPODCASTSTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Musique | Absolument Dance | The Jacksons "Blame It on the Boogie" (1978)

The Jacksons « Blame It on the Boogie » (1978)

date 22/09/2022 - 11:05 | micro_reportage Gilles Ravarino
Lorsqu'on évoque les tubes des 5 frères, on cite forcément ce morceau, le seul de l'album Destiny à ne pas avoir été écrit par les Jacksons.
illustration de The Jacksons

Jacksons « Blame It on the Boogie » (1978)

 Jacksons "Blame It on the Boogie"
 Jacksons "Blame It on the Boogie"
play
0:00
0:00
volume-high 
Lorsqu'on évoque les tubes des 5 frères, on cite forcément « Blame It on the Boogie », seul morceau de l'album Destiny a ne pas avoir été écrit par les Jacksons...
Remontons dans les années disco, les années paillettes qui se trouvaient à profusion sur les costumes des Jacksons...

Le morceau Blame It On The Booggie est donc le seul de l'album Destiny à ne pas avoir été écrit par les cinq frères. Et pourtant, quand on regarde les noms des compositeurs, on trouve Mick Jackson. Dans l'excitation du moment, on en déduit que l'on doit ce tube à Michaël Jackson lui-même... Mais non, car un Jackson peut en cacher un autre : Mick Jackson est en fait un chanteur anglais installé en Allemagne comme Donna Summer, mais la renommée en moins...
Avec son frère il compose Blame It On The Booggie qu'il espère voir un jour interprété par son idole... Stevie Wonder. Sauf que l'agent de Mick Jackson, sans rien en dire au principal intéressé, vend les droits de cette chanson au père des Jackson Five, Joe, qui cherche à relancer la carrière de ses fistons qui viennent de quitter la Motown et qui ont besoin de chansons plus dynamiques, plus dansantes, plus disco quoi...
Les deux versions sont sorties à quelques semaines d'intervalles et au final, le véritable auteur de ce tube ne touchera pas un seul centime de royalties...

Le clip