Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
podcasts PODCASTSplay ECOUTERfrance TRAFICreplay REPLAYmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Culture | Marque-Page | "Je suis une sur deux" de Giulia Foïs
Marque-Page

« Je suis une sur deux » de Giulia Foïs

date 14/03/2020 - 02:53 | micro_reportage Francine Thomas
La journaliste publie un récit dans lequel elle raconte le viol qu’elle a subi il y a 20 ans et l’acquittement dont a bénéficié celui qu’elle accusait. Elle analyse les ressorts de la culture du viol et nous livre un témoignage extrêmement fort.
illustration de
© Jean-François Robert 
 "Je suis une sur deux" de Giulia F…
 "Je suis une sur deux" de Giulia Foïs
play
0:00
0:00
volume-high 
Les chiffres parlent d’eux-mêmes, ou en tout cas le devraient : 12% des femmes en France ont subi un ou plusieurs viols durant leur vie, une sur deux une agression sexuelle ou un harcèlement. Ces chiffres qui donnent le vertige devraient parler d’eux-mêmes, et pourtant le témoignage de Giulia Foïs permet de mesurer le chemin qui reste à parcourir : « La vérité, c’est que, quoi que tu dises, au fond, quand tu es victime de viol, tu ne pars pas vraiment gagnante… Le vérité , c’est que les dés sont pipés », écrit Giulia Foïs.

La jeune femme a été violée il y a vingt ans un soir, alors qu’elle travaillait au Festival d’Avignon. Avec l’aide de ses proches, elle a immédiatement porté plainte, et son agresseur a été interpellé. Sauf qu’après trois ans de procédure et un procès émouvant, il a été acquitté.

Comment a-t-on pu en arriver là ?
« Il y a des facteurs de deux types : le premier c’est une série de dysfonctionnements policiers et judiciaires qui arrivent malheureusement trop souvent, et la deuxième raison, c’est ce qu’on appelle la culture du viol. Il faut que le violeur corresponde à un certain profil (…). Dans mon cas, celui qui m’a violée était père de famille, entraîneur de foot et il payait ses impôts et j’ai entendu en cour d’assises que ça faisait de lui quelqu’un qui ne pouvait pas violer. »
Et Giulia Foïs de rappeler qu’actuellement en France, moins de 2% des viols débouchent sur une condamnation.

#metoo, #balancetonporc, #jesuisvictime, et le grand succès de la marche des femmes du 23 novembre dernier donnent des raisons d’espérer que les choses puissent évoluer. Malgré tout, le chemin est encore long : « Combien de temps est-ce qu’il faudra pour que tout cela se traduise par des mesures extrêmement concrètes, qui serait une éducation à la sexualité à l’école, une vraie formation des policiers, des juges, des médecins, etc ? Je ne sais pas si je le verrai de mon vivant. »

Avec « Je Suis Une sur Deux », paru chez Flammarion, Giulia Foïs signe un récit nécessaire à lire et à faire lire, pour qu’à l’avenir, une petite fille sur deux n’ait pas à grandir avec l’ombre de cette statistique au- dessus de sa tête.
A voir aussi
play3 Le site de l'éditeur
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2020
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales