Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

Radio VINCI Autoroutes
social   facebook   twitter   instagram   youtube2
recherche_mini
replay REPLAY
play3 Actualité
play3 Les émissions
play3 Route et Mobilité
play3 Tourisme
play3 Invités
play3 Culture
play3 Vie Pratique
play3 Musique
podcasts PODCASTS
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
vinci_autoroutes 
écouter 
Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
REPLAYPODCASTSTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Vie Pratique | Mon défi | Les masques biodégradables

Les masques biodégradables

date 17/05/2021 - 12:07 | micro_reportage Virginie Decorte
Avec la pandémie de Covid-19, ce sont environ 124 millions de masques qui sont utilisés et jetés chaque mois dans le monde. Inévitablement, une partie finit dans la nature. Pour lutter contre cette pollution, Stéphanie Gauvenet, à la tête d’une start-up spécialisée dans le chanvre, a trouvé la solution : un masque biodégradable qui disparaît en 9 mois contre 500 ans pour les masques en polypropylène !
illustration de Les masques biodégradables
 Les masques biodégradables
 Les masques biodégradables
play
0:00
0:00
volume-high 
Ce masque biodégradable a été imaginé par une start-up de l’Yonne. Il est homologué anti-Covid-19, fabriqué en chanvre et biocompostable.
Certifié niveau 1, ce masque ne peut pas être porté par les soignants mais par tout le reste de la population, car il filtre à 98%. Stéphanie Gauvenet, la Directrice de GéoChanvre, précise que c’est « un masque particulier et original à base de fibres de chanvre qui a un aspect naturel. Nous fabriquons des toiles végétales 100% biodégradables ou biocompostables pour une partie de la gamme. On était dans une catégorie hybride car nous sommes classés textile alors que le masque n’est pas en tissu comme on a l’habitude de le voir ».

Plutôt que de jeter notre masque dans une poubelle et de voir ce qu’il peut devenir, il est intéressant de les réutiliser en le mettant au pied de son rosier ou de ses plantations par exemple. Ainsi on lui donne une deuxième vie avant qu'il ne se dégrade complètement. Et dans cette période compliquée pour tout le monde, la plus belle des satisfactions pour Stéphanie Gauvenet, c’est de pouvoir aider.
Aujourd’hui, la start-up produit 150 000 masques par semaine. Toutes les infos sur le site officiel
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2023
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales