Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
podcasts PODCASTSplay ECOUTERfrance TRAFICreplay REPLAYmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Route et Mobilité | Actualité | Ollioules/Sanary-sur-Mer : mise en service
Actualité

Ollioules/Sanary-sur-Mer : mise en service

date 24/12/2020 - 03:18 | micro_reportage La rédaction
C'est ce lundi 21 décembre 2020 qu'a été ouvert à la circulation ce tout nouvel échangeur situé à l'ouest de Toulon sur l'A50... Après deux ans de travaux, ce nouvel accès à l'autoroute va permettre de faciliter les mobilités du quotidien.
illustration de Ollioules/Sanary-sur-Mer : mise en service
© VINCI Autoroutes 
Sortie 12.1, nouvelle desserte du territoire via l’A50
Situé entre le péage de Bandol et la sortie La Seyne-sur-Mer/Six-Fours Les Plages (n°13), sur les communes d’Ollioules et de Sanary-sur-Mer, ces entrées et ces sorties se raccordent directement à la RD 11 grâce à deux ronds-points. Aux portes de la ville de Toulon, de la Métropole Toulon-Provence-Méditerranée et de l’Agglomération Sud Sainte Baume, l’échangeur d’Ollioules/Sanary-sur-Mer améliorera de manière très significative l’accessibilité aux communes situées dans sa proche périphérie en assurant un rôle de desserte de proximité.

Mise en service dès ce lundi matin
Très attendu par l’ensemble des habitants des communes environnantes, Ollioules, Sanary-sur-Mer et plus largement de Six-Fours-Les-Plages et de La Seyne-sur-Mer, le nouvel échangeur d’Ollioules/Sanary-sur-Mer est ouvert à la circulation depuis ce lundi 21 décembre 10h, grâce à la décision délivrée par le Ministère des transports et à l’arrêté préfectoral du Var relatif à la circulation sur l'autoroute A50.

« Ce projet est une double fierté » (Blaise Rapior, Directeur Général du réseau Escota de VINCI Autoroutes interrogé par Stéphanie Dionnet)

 Blaise Rapior, Directeur Général d…
 Blaise Rapior, Directeur Général du réseau Escota de VINCI Autoroutes
play
0:00
0:00
volume-high 
« La première, c'est la fierté de l'ingénieur, puisque nous avons réalisé une belle infrastructure dans un environnement qui était très contraint, un environnement urbanisé où la proximité des riverains a amené un certain nombre de contraintes que nous avons su intégrer dans le projet, pour faire un projet et un chantier qui se sont très bien déroulés. Et puis, une seconde fierté qui est celle de faire aboutir un projet partenarial, avec les collectivités locales. Un projet ancien, qui a connu de nombreuses vicissitudes et nous avons réussi à le mettre sur de bons rails, à partir du moment où tout le monde a apporté son soutien à ce projet. »

Une initiative importante aussi pour les habitants : « C'est un échangeur qui a une vocation d'abord d'améliorer la desserte de la métropole de Toulon pour les trajets domicile-travail. Mais cette infrastructure sera aussi utile en période estivale puisqu'elle offre un accès supplémentaire vers le littoral varois... »

Pour désengorger aussi les villes et les rues... « On l'évoquait à l'instant avec les élus : le nombre de voiries sur le réseau secondaire qui sont saturées à l'ouest de Toulon est relativement important et cette infrastructure va apporter beaucoup d'améliorations en termes de fluidité, y compris en dehors de l'autoroute. »
illustration de Ollioules/Sanary-sur-Mer : mise en service
© VINCI Autoroutes 

« Bien vivre dans le Var et bien y travailler » (Hubert Falco, Président de Toulon-Provence-Méditerranée au micro de Stéphanie Dionnet)

 Hubert Falco, Président de Toulon …
 Hubert Falco, Président de Toulon Provence Méditerranée
play
0:00
0:00
volume-high 
« Si vous voulez rejoindre Marseille et aller à Nice, vous êtes dans l'obligation de traverser le plus beau département de France qu'est le Var avec ses communes toutes plus belles les unes que les autres. Donc, le Var est un axe majeur pour bien y vivre et pour bien y travailler. Nous sommes 1,1 million d'habitants aujourd'hui qui recevons des millions de touristes. Donc axe majeur entre l'est et l'ouest, cet investissement était essentiel et nécessaire, d'intérêt général et nous l'avons réalisé dans bon état d'esprit, en parfait partenariat entre public et privé avec VINCI, l'État, le département, Sud Sainte Baume et Toulon-Provence-Méditerranée, avec toujours dans notre tête l'intérêt de nos concitoyens. Bien vivre dans le Var et bien y travailler. »

Quelles sont les différentes étapes d'un tel chantier ? Julien Sol, Conducteur d'opérations de VINCI Autoroutes

 Julien Sol, Conducteur d'opération…
 Julien Sol, Conducteur d'opérations de VINCI Autoroutes
play
0:00
0:00
volume-high 
« On a eu environ deux ans de travaux pour arriver là où on est aujourd'hui, à cette phase de mise en service. La première étape, c'est ce qu'on appelle le dégagement des emprises. Donc, on est venu libérer physiquement toutes les emprises pour pouvoir commencer les travaux de terrassement. Ensuite, on a monté les remblais qui permettent de constituer les plateformes des différentes gares de péage et des bretelles d'entrée/sortie. Puis ensuite réaliser tout ce qui est chaussée, assainissement, bassin, traitement des eaux. Et ensuite, on est venu réaliser les gares de péage en elles-mêmes, avec tous les équipements associés. »

Beaucoup de travail sur plus de deux ans : « Ça a été beaucoup de travail, un peu de stress, voire beaucoup à certaines périodes, ponctuées par des moments un peu plus compliqués, comme on l'a tous connu avec les pandémies de COVID. Donc, le chantier s'est arrêté pendant près de deux mois. Puis on a dû relancer toutes les entreprises, toutes les équipes pour arriver là où on est aujourd'hui. »

Combien d'hommes concrètement, sur cette période ? « Sur deux ans, difficile de dire le nombre d'hommes. En tout cas, ce qu'on peut dire, c'est un nombre d'heures : 175 000 heures de travaux. C'est assez conséquent. On a eu plus d'une dizaine de marchés de travaux, plusieurs dizaines d'entreprises qui sont venues de la région, de la France pour travailler sur cet échangeur. »
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2021
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales