Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

Radio VINCI Autoroutes
social   facebook   twitter   instagram   youtube2
recherche_mini
replay REPLAY
play3 Les émissions
play3 Route et Mobilité
play3 Tourisme
play3 Invités
play3 Culture
play3 Vie Pratique
play3 Musique
podcasts PODCASTS
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
vinci_autoroutes 
écouter 
Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
REPLAYPODCASTSTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Route et Mobilité | Le MobiliMag | Rouler à l’alcool agricole

Rouler à l’alcool agricole

date 21/11/2022 - 15:19 | micro_reportage Sébastien Dath
Pour faire des économies sur le carburant, tout en polluant moins, de plus en plus de français ont décidé de passer au Superéthanol E85. La conversion vers ce carburant plus vert passe par l'installation d'un boitier sur son véhicule.
illustration de Rouler à l’alcool agricole
© Sébastien DATH 
 Rouler à l’alcool agricole
 Rouler à l’alcool agricole
play
0:00
0:00
volume-high 
L’une des solutions récemment plébiscitées par les automobilistes français, pour faire face aux crises de l’énergie et du pouvoir d’achat, c’est de circuler au superéthanol E85. Un carburant assez méconnu et pourtant vertueux à plus d’un titre d’après Sylvain Demoures, secrétaire général du syndicat national des producteurs d’alcool agricole (SNPAA) : « C’est un carburant qui est à la fois plus vert et moins cher, parce qu’il est produit à partir de betteraves à sucre, de céréales… »

Composé de 60 à 85% de bioéthanol et d’essence sans plomb pour le reste, le superéthanol E85 permettrait en moyenne, selon lui, une réduction de carburant et des émissions de CO2 de 40 à 50%. Autre avantage avancé par Sylvain Demoures, souvent ignoré du grand public, c’est qu’il n’y a pas de problème pour se ravitailler contrairement à l’électrique par exemple : « Il y a une station sur trois qui propose le superéthanol E85 et, bien sûr, on peut s’approvisionner dans trois stations sur trois puisqu’il est possible de rouler avec n’importe quelle essence. »

Pour bénéficier de ce carburant proposé aux alentours de 80 centimes d’euros le litre, le secrétaire général du SNPAA, qui représente la collective du bioéthanol, affirme qu’il y a « deux façons qui sont sécurisées et qui permettent de maximiser les économies : c’est d’une part d’utiliser un boitier de conversion et la deuxième solution c’est d’acheter un véhicule qui a été conçu d’origine pour rouler à l’E85 ».

Concernant le boitier de conversion, placé sous le capot et dont les ventes ont été multipliées par 4 depuis le début de l’année, Alexis Landrieu président de Biomotors, l’un des leaders du marché, explique que cette technologie s’est démocratisée : « Cela s’adresse à tous les utilisateurs d’un véhicule essence à partir de 2000, il suffit d’aller dans un garage installateur habilité et cela s’amortit très vite puisqu’en moyenne, avec l’installation, un boitier va coûter de 700 à 1000 euros, donc on l’amortit en 10 à 15 pleins. »

Seul bémol, reconnait-il, c’est que l’on va « surconsommer environ 20% de plus qu’à l’essence, ce qui reste extrêmement rentable et deux fois moins cher ». Dernières précisions, lorsque vous convertissez votre voiture, la modification sur votre carte grise est gratuite et il est à noter que plusieurs régions, parmi lesquelles le Grand-Est, les Hauts-de-France, l’Ile-de-France et PACA, financent jusqu’à 500 euros d’aides, soit plus de la moitié de l’installation.
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2022
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales