Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
podcasts PODCASTSplay ECOUTERfrance TRAFICreplay REPLAYmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Route et Mobilité | L'Auto et la Loi | 450.000 ralentisseurs illégaux ?
L'Auto et la Loi

450.000 ralentisseurs illégaux ?

date 21/03/2021 - 12:05 | micro_reportage Francine Thomas
Certains ralentisseurs ne répondraient pas aux normes en vigueur et la justice s'en mêle : une information judiciaire a récemment été ouverte concernant ces « dos-d’âne » potentiellement non-conformes.
illustration de 450.000 ralentisseurs illégaux ?
 450.000 ralentisseurs illégaux ?
 450.000 ralentisseurs illégaux ?
play
0:00
0:00
volume-high 
Comme la justice il y a quelques semaines, Maître Éric de Caumont a décidé de se pencher sur la question de ces dizaines, voire ces centaines de milliers de ralentisseurs qui sont actuellement pointés du doigt, notamment par des usagers et des associations. Notre consultant juridique rappelle tout d’abord que ces ralentisseurs sont soumis à « des normes très simples et très précises. Un ralentisseur de type dos-d’âne ne peut pas faire plus de 10 centimètres de haut, que sa longueur doit être de 4 mètres et pour le trapézoïdale, la montée doit faire entre 1 mètre et 1m40, la pente doit être forcément douce, le plateau doit faire entre 2m50 et 4 mètres ».

Le verdict de notre avocat spécialisé dans le droit routier est sans appel : « Il y a des milliers, des dizaines de milliers de ralentisseurs qui ne sont pas aux normes […] ça veut dire qu’en cas d’accident la responsabilité du Maire peut être recherchée, que si vous abîmez votre véhicule, il y a une jurisprudence. C’est la Mairie qui paye les dégâts et cette non-conformité d’un ouvrage public ouvre droit à faire détruire l’ouvrage et à le faire reconstruire aux normes. »
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2021
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales