Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

Radio VINCI Autoroutes
social   facebook   twitter   instagram   youtube2
recherche_mini
replay REPLAY
play3 Les émissions
play3 Route et Mobilité
play3 Tourisme
play3 Invités
play3 Culture
play3 Vie Pratique
play3 Musique
podcasts PODCASTS
france TRAFIC
musique RETROUVER UN TITRE
micro LA RADIO
commentaire CONTACT
vinci_autoroutes 
écouter 
Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
REPLAYPODCASTSTRAFICRETROUVER UN TITRELA RADIOCONTACT
Accueil | Replay | Route et Mobilité | L'Auto et la Loi | À l’arrêt, c’est moteur coupé

À l’arrêt, c’est moteur coupé

date 22/11/2022 - 11:22 | micro_reportage Francine Thomas
Vous ne le savez peut-être pas mais le fait de continuer à faire tourner le moteur de son véhicule, alors que ce dernier est stationné, peut être sanctionné.
illustration de À l’arrêt, c’est moteur coupé
 À l’arrêt, c’est moteur coupé
 À l’arrêt, c’est moteur coupé
play
0:00
0:00
volume-high 
Cette semaine, dans votre rendez-vous juridique sur le 107.7, coup de projecteur sur un arrêté municipal qui prévoit, à Nancy, la verbalisation des automobilistes qui laissent tourner le moteur de leur véhicule à l’arrêt. Notre consultant, Maître Éric de Caumont, rappelle tout d’abord qu’un « maire a des pouvoirs de police en matière de circulation routière et des pouvoirs sur tout ce qui est écologique ». Ainsi, explique notre avocat spécialiste du droit routier, la décision du maire de Nancy « était inattaquable, elle était parfaitement du domaine de sa compétence ».

Une mesure d’autant plus justifiée, selon Me de Caumont, que « c’est obligatoire partout en France depuis 1963. Cela fait pratiquement 60 ans qu’il est interdit que les moteurs mal réglés émettent des fumées, des gaz toxiques corrosifs ou odorants, et en particulier les véhicules en stationnement doivent avoir leur moteur arrêté sauf en cas de nécessité ».

Si notre consultant juridique avoue ne jamais avoir vu de tel cas en quarante ans de carrière, il annonce qu’une sanction est tout de même prévue et pas des moindres puisqu’il s’agit d’une « contravention de 4e classe, jusqu’à 750 euros ». Une verbalisation, reconnait-il, qui, face au réchauffement climatique, a de plus en plus de chance d’être appliquée.
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2022
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales