Le site radiovinciautoroutes.com utilise des cookies ayant une finalité strictement limitée à la seule mesure de son audience.
Ces cookies ne permettent pas un recoupement des données avec d’autres traitements ou le suivi global de la navigation sur différents sites web.
En savoir plus - Continuer

burger_menu
Radio VINCI Autoroutes
107.7 Radio VINCI Autoroutes
recherche_mini
    facebook   twitter   instagram   youtube2   |   vinci_autoroutes
podcasts PODCASTSplay ECOUTERfrance TRAFICreplay REPLAYmusique RETROUVER UN TITREmicro LA RADIOcommentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Route et Mobilité | Question d'Autoroute | Le béton bas carbone
Question d'Autoroute

Le béton bas carbone

date 03/11/2021 - 11:28 | micro_reportage Marie Marquet
On ne le sait pas forcément, mais la fabrication du béton dégage beaucoup de dioxyde de carbone. Pour le rendre moins polluant, le béton bas carbone est utilisé sur un chantier au nord d'Orléans, sur l'A10. Il permet de réduire les émissions de CO₂ de 60 à 70 % par rapport au béton classique.
illustration de Le béton bas carbone
 Le béton bas carbone
 Le béton bas carbone
play
0:00
0:00
volume-high 
Le béton est un matériau clé de la construction sur les chantiers d’autoroute. Pour réduire l'impact environnemental, un mur en béton bas carbone a été créé sur un chantier d’élargissement de l’A10 au nord d’Orléans au niveau d’un passage pour piétons qui passe sous l’autoroute et c'est une première industrielle. Thierry Maillé de VINCI Autoroutes explique que « l'idée c'est de baisser les émissions de CO₂ par rapport à un béton classique. Dans les bétons classiques, le liant qui est utilisé, est réalisé en chauffant à très forte température de l'argile et du calcaire. C'est porté à environ 1200 degrés, ce qui consomme bien sûr beaucoup d'énergie et libère du CO₂. »

Dans ce béton, le liant a donc été remplacé par un nouveau produit alternatif minéral, développé par un cimentier vendéen. Des poudres finement broyées, mélangées à l’eau, donnent une pâte qui devient plus ou moins dure « et ce nouveau liant, permet d'éviter cette chauffe à très haute température et donc de réduire de 60 à 70% les émissions de CO₂ par rapport à un béton classique », précise Thierry Maillé. La question est maintenant de savoir comment ce béton va vieillir dans le temps, et c'est tout l’objet de cette expérimentation qui va durer 6 ans pour en suivre l'évolution.
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés
A propos
© Radio VINCI Autoroutes 2021
Crédits photos © Adobe Stock
Mentions légales